top of page
Rechercher

L'importance d'une bonne acoustique au bureau

Entre les bavardages entre collègues, les appels téléphoniques ou encore les va et vient aux toilettes, les sources de distractions sont nombreuses au bureau, et parmi elles, le bruit en est devenu l’une des plus importantes.


En effet, depuis l’avènement des espaces de bureau ouverts dans les années 50, les niveaux de bruit sur le lieu de travail n’ont fait qu’augmenter pour aujourd’hui atteindre des sommets, et cela a forcément des répercutions sur vos équipes mais aussi sur votre entreprise de manière générale.


Etat des lieux du bruit au bureau


Homme qui crie dans un mégaphone
Homme qui crie dans un mégaphone

Nous avons trouvé quelques chiffres interpellants dans le dernier baromètre « Bruit et santé auditive au travail » de l’IFOP, paru en octobre 2023. Ces chiffres confirment la tendance qu'ont les espaces de travail à être de plus en plus bruyants.


  • Premièrement, « près de la moitié des actifs en poste (45%) déclarent que le bruit au travail a au moins une répercussion sur leur quotidien. » (IFOP, 2023). Un proportion encore plus importante chez les moins de 35 ans (52%).


  • Ensuite, de 50% à 60% des personnes interrogées mentionnent de la « fatigue, lassitude, irritabilité, et du stress en raison des expositions sonores trop importantes au travail. » (IFOP, 2023). Une situation qui a non seulement un impact important sur la santé des travailleurs, mais aussi sur leur productivité, et donc sur la santé de votre entreprise.


  • Enfin, il ressort également du baromètre que « les solutions proposées par les employeurs sont jugées insuffisantes » par les équipes, qui attendent plus de le part de l’entreprise (IFOP, 2023).


Si ent tant qu’employeur, vous souhaitez offrir un environnement de travail sain et mettre un terme à la pollution sonore dans votre entreprise, il est important d’agir sur différents aspects comme la culture d’entreprise, la disposition de vos bureaux, ou encore l’aménagement de ceux-ci. C’est notamment ce dernier point que nous développons plus particulièrement dans la suite de cet article.


Le bruit au travail, facteur important de stress


Le stress au travail peut être provoqué par de multiples facteurs, tels qu’une charge de travail excessive ou insuffisante, le manque de reconnaissance, l’insécurité liée au travail ou encore les rapports sociaux pour n’en citer que quelques-uns (BeSWIC, 2006).


Mais parmi tous les facteurs susceptibles de provoquer du stress chez le travailleur, on omet souvent de citer le bruit alors qu’il peut en être une source importante. Ce bruit, dans la mesure où il est imprévisible, incontrôlable et chronique, peut constituer un facteur de stress pour les personnes qui y sont confrontés.  


Homme stressé qui travaille au bureau
Homme stressé au bureau

En effet, en fonction de l’exposition au bruit, les conséquences sur la santé peuvent différer.  Selon l’INRS, les effets d’une exposition au bruit peuvent être de deux types.

Si l’exposition est intense mais de courte durée (> 135dB), les effets sont principalement auditifs comme une fatigue auditive ou une surdité plus ou moins forte.

Si l’exposition est moins intense mais prolongée (> 80dB), les effets sont qualifiés d’extras-auditifs et comprennent des troubles cardiovasculaires, des troubles du sommeil, une augmentation du risque d’accidents de travail ou encore du stress. 


Bien sûr, certains corps de métiers sont plus exposés que d’autres aux nuisances sonores. On pense ici par exemple aux ouvriers de chantier qui sont plutôt soumis à des bruits intenses mais de plus courtes durée tandis que le personnel des restaurants est lui soumis à un bruit moins intense mais de manière prolongée.


Rappelons aussi que le stress au travail, qu’il soit causé par le bruit ou non, est lui-même à l’origine de 50% à 60% de l’absentéisme au travail (Prevanticip, 2024). Il y a donc matière à travailler pour tous les acteurs de l’économie.


La réglementation belge et européenne sur le bruit au travail


En tant qu’employeur, vous êtes tenu de prendre les mesures nécessaires pour assurer une protection auditive adéquate à vos travailleurs.


Concrètement, la directive européenne 2003/10/UE du 6 février 2003 stipule que « l'employeur est tenu d'évaluer et, si nécessaire, de mesurer les niveaux de bruit auxquels les travailleurs sont exposés » (EC, 2024), là où la réglementation belge « demande tout d’abord à l’employeur de prendre toutes les mesures pour assurer la protection des travailleurs contre les dommages liés au bruit (santé, audition, sécurité). » (BeSWIC, 2024).


Les valeurs limites d’exposition à partir desquelles vous êtes tenu d’agir sont de 80 dB (A) pour une exposition prolongée et de 135 dB (C) pour une durée plus courte, tandis que les valeurs qui ne peuvent jamais être dépassées sont de 87 dB (A) en prolongé et de 140 dB (C) pour une exposition de durée plus courte.


A titre d’exemple, nos oreilles ne peuvent être exposées que pendant 3 heures à une intensité sonore de 80 dB. 3 décibels de plus et la quantité d’énergie acoustique est doublée, ce qui réduit le temps d’exposition de moitié. En comparaison, nous ne pouvons être exposé à un niveau sonore de 100 dB que pendant maximum 5 minutes !(Decilo, 2024).


Comment améliorer l'acoustique au bureau ?


Comme nous l’avons mentionné précédemment, il est important s’attaquer aux nuisances sonores dans leur globalité, en tenant compte de divers aspects tels que la culture d’entreprise, l’état du bâtiment ou les aménagements de bureau. 

Bien que tous ces aspects soient importants, c’est sur le dernier point que nous mettons l'accent ici en vous donnant trois astuces faciles à mettre en place pour réduire les niveaux de bruit dans votre entreprise.


Espace d'accueil du centre d'affaires Zuiderpoort à Gand
Zuiderpoort Business Center à Gand

Panneaux acoustiques


La réverbération des sons influence grandement le confort acoustique dans une pièce, qui va se dégrader au fur et à mesure que cette réverbération croît. Grâce à leur composition, les panneaux acoustiques permettent d’absorber une partie de cette réverbération, réduisant ainsi le niveau de bruit général d’un espace.


Plantes 


Les plantes ont de nombreuses vertus et peuvent entre autres aider à réduire le niveau de bruit au bureau. En plus de créer une barrière naturelle contre le bruit, leurs feuilles permettent d’absorber une partie des ondes sonores. Parmi les plantes les plus efficaces contre le bruit, nous retrouvons le figuier pleureur, le dragonnier marginé ou encore la langue de belle-mère.


Cabines insonorisées


Les cabines insonorisées permettent d’isoler les conversations à voix haute du reste de l'espace de travail, réduisant ainsi drastiquement les niveaux de bruit pour le reste des équipes et offrant un espace de parole à celles et ceux qui souhaitent tenir des réunions ou faire des appels. 


 

Pour conclure, nous pouvons affirmer que l'acoustique au bureau représente aujourd’hui un défi majeur pour les entreprises. Les derniers chiffres révélés par l’IFOP montrent clairement les répercussions importantes de la pollution sonore sur la vie quotidienne des travailleurs et cette situation demande la prise d’actions immédiates de la part des employeurs.


Certaines mesures peuvent d’ailleurs être rapidement et efficacement mises en places. Les panneaux acoustiques, les plantes et les cabines insonorisées offrent des solutions pratiques pour réduire le bruit et créer un environnement de travail agréable pour les équipes.


En prenant des mesures fortes pour atténuer le bruit dans votre entreprise, vous démontrez également votre engagement envers le bien-être et la productivité de votre personnel, tout en contribuant à l’établissement d’une culture d’entreprise forte basée sur le respect et le confort au travail.

20 vues0 commentaire

Comentarios


bottom of page